dashblog logo
Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.
[mc4wp_form id="4288"]
Zapisz Zapisz

Mini road trip sur la côte de Bahia

Pour ce nouveau passage par le Brésil on a décidé de prendre deux semaines pour faire un petit road trip à Bahia, reliant les villes de Salvador et de Porto Seguro. Au programme du soleil, des plages, beaucoup de farniente et un peu d’histoire.

Bahia est le plus grand et le premier des états du nord-est brésilien (le fameux nordeste) célèbre pour ses paysages, ses plages et la joie de vivre de ses habitants. Mais c’est surtout dans cet état que l’histoire du Brésil a commencé.

Porto Seguro et Salvador sont deux villes d’importance historique, la première pour avoir été le point de débarquement des colons portugais en 1500 et l’autre pour avoir été la première capitale du pays jusqu’en 1743. Entre les deux, plus de 600 km de mauvaise route et des plages magnifiques. On avait déjà visité ces villes il y a des années, chacun de son coté, mais cette fois on voulait prendre le temps de découvrir aussi la côte

 

Salvador, quand l’Afrique s’impose

 

En débarquant à Salvador on a pas l’impression d’être dans une ville particulièrement spéciale. Il s’agit d’une grande ville avec son périphérique, ses avenues et ses quartiers résidentiels. C’est en regardant dans le détail qu’on se rend compte qu’elle garde encore les traces de son importance historique.

Salvador c’est développé autour du premier port brésilien, à l’extrémité nord de la Baie de tous les Saints (Baía de Todos os Santos) – la deuxième plus grande baie au monde! Ce port était durant les premiers temps de la colonisation, le principal accès des navires marchants et négriers qui apportaient les esclaves africains destinés à travailler dans les champs de canne à sucre.

Aujourd’hui on retrouve l’influence portugaise en de nombreux bâtiments, forts et églises.

 

 

Mais c’est surtout la ville qui compte la plus grande population d’afro-brésiliens dans le pays et l’influence africaine se fait sentir partout, dans l’art, la cuisine, la musique (le axé) et la religion (la Umbanda et le Candomblé).

 

 

 

Que voir à Salvador

 

Le quartier historique de Pelourinho

 

S’il fallait choisir une seule chose à voir à Salvador ce serait le Pelourinho, un quartier qui se trouve dans la partie haute du vieux centre juste en face du port. On peut y accéder par la route mais le plus intéressant est de prendre l’ascenseur Lacerda en face du marché. La structure actuelle de l’ascenseur date des années 1980 mais il a été mis en activité pour la première fois au début des années 1870.

 

 

Après avoir été délaissé pendant plus de 200 ans, le quartier devenu pauvre et malfamé a finalement reçu l’attention qu’il méritait et a été entièrement rénové dans les années 1990 pour être transformé en un quartier touristique. Inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco,  le Pelourinho est devenu le coeur culturel de la ville et comporte de nombreuses églises et anciens couvents, des musées, centres culturels et la maison du célèbre écrivain Jorge Amado.

 

 

Largo do Pelourinho à Salvador de Bahia

 

 

Nous avons passé toute une journée à arpenter les ruelles du quartier, à visiter les églises, à prendre des photos. On peut y faire un peu de shopping dans les très nombreux magasins touristiques, mais la meilleure manière de passer le temps et de s’arrêter dans un des petits restaurants pour y manger les délicieux plats locaux.

  • Goutez au célèbre Acarajé, un beignet à pâte de haricots, frit dans l’huile de dendê et farci de crevettes sautées et de vatapá, une sauce crémeuse contenant plusieurs ingrédients et épices. Cette spécialité locale est un délice, mais gare au papilles sensibles: la sauce est très piquante!!

 

 

 

Pendant la journée en semaine le quartier est assez calme, mais les week-end et les mardi soir les bars s’animent, de nombreux restaurants proposent de la musique live et des concerts sont régulièrement organisés sur la place principale. C’est une tout autre ambiance qu’on découvre et on ne peut qu’imaginer comment cela doit être au moment du carnaval!

 

 

 

Le Mercado Modelo

 

Anciennes halles transformées en un énorme marché touristique sur trois étages. On y trouve toute sorte de produit locaux pour pas cher, des spécialités culinaires aux oeuvres d’art en passant par des instruments de musique ou des simples souvenirs. En plus on y mange très bien et l’ambiance est plutôt agréable.

 

 

Aller à la plage

 

Les plages ne sont pas vraiment le point fort de Salvador, mais notre auberge était situé dans le quartier de Barra, à quelques centaines de mètres seulement de la plage. Justement les deux plages du quartier de Barra sont réputées être les meilleures de la ville.  Alors il fallait bien qu’on prenne un après-midi pour les tester et mettre les pieds dans le sable une première fois.

 

 

 

Sur les routes de Bahia

 

Après ces premiers jours à battre le pavé à Salvador, nous avions hâte de prendre la route et d’aller vers des coins plus tranquilles afin de passer nos journées à nous fatiguer le moins possible.

Alors nous avons loué une voiture à l’aéroport (afin de la retourner plus facilement lors de notre départ). Et comme nous étions déjà du côté nord de la ville, nous avons continué notre trajectoire jusqu’au village de Praia do Forte, 70 km plus loin.

Praia do Forte

 

Praia do Forte est un ancien village de pécheurs devenu une station balnéaire huppée. Alors le coût de la vie y est assez élevée, mais c’est un endroit agréable pour un court séjour.

 

 

Praia do Forte à Bahia

 

Les coraux le long de la côte à cet endroit forment des piscines naturelles idéales pour le snorkeling et l’observation des poissons.

 

 

Praia do Forte à Bahia

 

Mais en ce qui nous concerne, nous préférons les plages de sable pour pouvoir passer des heures dans l’eau tranquillement. Heureusement en nous éloignant un peu du village nous trouvons la plage parfaite qui sera notre QG pour les prochains jours.

 

 

Praia do Forte à Bahia

 

Itacaré

 

Nous nous sommes laissé un peu aller à Praia do Forte et avons repris la route plus tard que prévu. Alors nous avons décidé d’aller directement jusqu’à Itacaré, à 250 km au sud de Salvador, mais à presque 400 km de Praia do Forte où nous étions. Avec le mauvais état de la route et les embouteillages, le trajet nous a pris plus de six heures!

Nous avions envisagé Itacaré comme une courte halte car le village n’a pas vraiment beaucoup d’interêt malgré son petit centre historique. Mais nous nous sommes laissé séduire par les nombreuses plages aux alentours.

 

 

Plage du Hawaizinho à Itacaré

 

Il est dur de reprendre la route quand on peut juste se détendre sur le sable chaud, bercés par le bruit des vagues et ayant comme seule préoccupation de ne pas trop s’ennuyer (on ne s’ennuie jamais, nous!!). Mais il fallait bien reprendre la route, c’est le but d’un road trip, non?

 

Sur les terres de la découverte

 

Alors direction la « Côte de la Découverte » (Costa do Descobrimento), soit les quelques kilomètres de côte aux alentours de Porto Seguro. Il a fallu parcourir à nouveau presque 400 km. Un effort bien récompensé car cette côte est très riche en histoire mais aussi (et surtout) en très belles plages et petits villages rustiques.

Vous avez compris, c’est cette côte que les explorateurs portugais ont aperçu la première lors de la « découverte » du Brésil en 1500 et c’est à Porto Seguro qu’ils ont débarqués créant plus tard le premier village colonial.

 

Faire la fête à Porto Seguro… ou pas!

 

Bon alors, pour être honnête, nous ne sommes pas vraiment des fêtards, nous sommes plutôt du genre à faire une sieste sur la plage. Mais si vous voulez faire la fête c’est à Porto Seguro qu’il faut aller!

 

 

Porto Seguro est un pôle touristique important et la destination privilégiée des jeunes qui viennent y fêter la fin de leurs études. Je ne sais absolument pas pourquoi cette ville a été choisie plus qu’une autre par les étudiants, peut être en raison des grandes et spacieuses plages et du coût plus bas de la vie (et donc de l’alcool…). Ce que je sais c’est qu’il s’agit d’une tradition à laquelle nous n’avons pas échappé à la fin de nos études. Et oui, comme je l’ai dit en début de cet article, nous connaissions déjà Porto Seguro d’un précédant voyage chacun de notre coté et ce n’est vraiment pas pour la fête que nous avons décidé de revenir dans la région cette fois-ci.

 

 

 

Où on fait la fête

 

Il y a deux quartiers historiques dans la ville. Le premier, au niveau de l’ancien port s’appelle Passarela do Descobrimento (Passerelle de la découverte) et a été surnommé la Passerelle de l’Alcool… je vous laisse deviner pourquoi. Les petites maison colorées du quartier abritent aujourd’hui presque exclusivement des commerces, des bars, des restaurants et des auberges qui n’ouvrent qu’en fin de journée – ce qui explique les ruelles vides lors de notre passage en début d’après-midi.

 

 

Ce n’est que vers 18h que le quartier commence à prendre vie. En plus des commerces qui ouvrent leur portes, un marché d’artisanat s’installe et surgissent de nombreux vendeurs ambulants dont les plus intéressants proposent des cocktails aux nom très évocateurs tels que « Orgasme », « Lune de miel », « Flirt Nu », entre autres. Mais malgré certains noms au goût douteux, les cocktails sont en réalité très bons, alors n’hésitez pas à en goûter. La spécialité locale est le « Capeta » (Diable), un cocktail à base de vodka, guaraná en poudre, lait concentré et un fruit de saison. 

 

Retour dans l’histoire à la Cité Historique

 

Le deuxième quartier d’interêt est en réalité un site historique protégé et inscrit au patrimoine de l’Unesco. La Cité historique est le premier noyau de peuplement du pays. Véritable musée à ciel ouvert, on y retrouve encore les bâtiments et églises de l’époque. Situé en haut d’une falaise, on a une vue sur toute la ville basse et la baie (photo plus haut).

 

 

Sur la place principale du village on y trouve l’église de Nossa Senhora da Pena construite en 1535, le bâtiment administratif qui faisait aussi office de prison, construit au 18ème siècle – et qui aujourd’hui abrite le Musée de la Découverte – et la pierre apportée du Portugal en 1503 pour confirmer la domination portugaise sur ces terres.

 

 

Pierre marquant le domaine du Portugal sur le Brésil.

 

Mais bon, parce que la vie n’est pas faite que d’histoire, on apprécie l’endroit surtout pour son calme, loin des bruits de la ville. On peut flâner tranquillement  dans les ruelles, longeant les maisons colorées transformées pour certaines, en commerce pour les touristes. Puis avant de partir on s’installe à l’ombre pour profiter d’une bière bien fraîche ou d’une água de côco (de l’eau de coco) avec une vue imprenable sur la côte.

 

 

 

Porto Seguro est une balade très sympathique pour un après-midi (et jusqu’au soir si vous voulez faire la fête, vous l’avez compris!). Mais nous cherchions le calme, alors c’est à quelques kilomètres de là, à Arraial d’Ajuda que nous nous sommes installés.

 

Arraial d’Ajuda

 

Depuis la Passerelle de la Découverte à Porto Seguro il suffit de prendre un petit ferry pour 10 min de traversée d’un fleuve pour nous retrouver à Arraial d’Ajuda.

Arraial d’Ajuda fait partie d’un ensemble de peuplades installées le long de la côte afin d’assoir l’autorité et la colonisation portugaises. Certains de ces villages ont disparus, d’autres existent encore comme Porto Seguro, et Santa Cruz Cabrália – où a été réalisé la première messe au Brésil – ou encore Arraial d’Ajuda et un peu plus loin, Trancoso.

 

 

Petites maisons colorées déployées autour de la place en haut d’une falaise avec son église de Nossa Senhora d’Ajuda. Le tour du petit centre historique est vite fait. Mais la ville a gardé encore une taille humaine et il est très agréable de s’y balader le soir pour aller dîner ou boire un verre.

 

 

Dans la journée ce sont les plages qui nous intéressent, et il y en a plusieurs. Des plages qui s’étendent sur des kilomètres aux pieds des falaises. Balades sur le sable chaud, eaux de coco et farniente, la belle vie!! On ne s’en lasse pas.

 

 

 

 

Nous avions choisi de loger à Arraial d’Ajuda un peu par hasard car nous ne voulions pas rester dans une grande ville comme Porto Seguro et nous ne l’avons pas du tout regretté! C’est un excellent emplacement pour visiter la Côte de la Découverte.

 

Trancoso

 

Dernière destination sur la petite liste de notre road trip, Trancoso se trouve à une vingtaine de kilomètres par la route de Arraial d’Ajuda. Nous y sommes allés pour une journée, juste le temps de visiter son célèbre Quadrado et de profiter de la plage.

Le Quadrado de Trancoso est la petite place historique devenu récemment un point de rendez-vous très à la mode des soirées locales. Mais en journée l’endroit semble presque oublié dans le temps. Un endroit parfait pour déguster une bonne feijoada à l’ombre des grands arbres.

Et pour digérer le tout, rien de mieux qu’une ballade (ou une sieste) à la plage!

 

 

 

 

 

 

Retour au point de départ

 

Et voilà! Trancoso était la dernière étape de notre Road Trip sur la côte de Bahia, mais notre périple n’était pas tout à fait terminé. Car il nous fallait alors remonter jusqu’à Salvador afin de rendre la voiture de location et prendre l’avion.

Hors de question pour nous de parcourir plus de 600 km, soit presque 12h de route, en une seule fois. La solution? Garder les derniers jours pour faire le trajet en deux étapes. Nous sommes ainsi repassés par Itacaré puis Praia do Forte qui, se trouvant à une heure de route de l’aéroport était un lieu parfait pour nous reposer avant de partir. Parce qu’on est jamais trop reposés!!

 

Plage du Hawaizinho à Itacaré

 

 

Informations pratiques

 

 

Pour y aller

 

Salvador et Porto Seguro ont chacune un Aéroport International avec des vols réguliers venants de toutes les grandes villes brésiliennes et de l’étranger.

 

Circuler à Salvador

 

Il vaut mieux éviter de circuler en voiture à Salvador. Le trafic est assez chaotique et passer son temps bloqué dans les embouteillages où à chercher une place de stationnement n’est pas très fun.

En logeant proche du Pelourinho la plupart des points d’intérêt sont accessibles à pied, si non il y a les bus et les taxis. Mais attention aux arnaques avec les chauffeurs de taxi en particuliers aux alentours du Pelourinho. Insistez pour que le taximètre soit mis en route et si on vous dit qu’il est en panne cherchez un autre taxi. Cela vous évitera de payer plus que ce que vous devriez.

 

La location d’une voiture

 

Les  grandes agences internationales telles que Hertz, Avis ou Budget ont des agences à Salvador et à Porto Seguro, en particulier dans les aéroports. Il y a également de très nombreuses agences nationales, mais il vaut mieux s’y prendre à l’avance afin de garantir le meilleur prix, en particuliers pendant les hautes saisons.

Alors la meilleure manière de trouver une voiture au meilleur prix reste de faire appel aux sites comparateurs. Il y en a plusieurs mais ces trois-ci sont à mon avis les plus intéressants:

  • rentalcars.com – gros site de dimension internationale, c’est celui qui propose les prix les plus bas d’une manière générale. Disponible en français.
  • rentcars.com – site brésilien très clair dédié exclusivement à la location de véhicules. Disponible en portugais, anglais et espagnol.
  • decolar.com – site brésilien mais disponible aussi en espagnol et anglais (cherchez tout en bas de la page). Il propose parfois les prix les plus bas pour les location en local (retour à la même agence de départ) mais pour les retours dans une autre agence les prix peuvent doubler!

 

La voiture et les options

 

C’est vrai que les routes dans l’état de Bahia sont assez mauvaises, mais rien qui ne justifie la location d’un 4×4. Une voiture simple fera très bien l’affaire et le reste dépendra du niveau de confort souhaité et du budget. Mais quel que soit votre choix, cherchez impérativement une location avec kilométrage illimité.

  • Le GPS – un petit appareil  à avoir absolument lors d’un road trip au Brésil, plus important même que l’air conditionné. Car au Brésil les routes ne sont pas toujours bien signalisé, et à moins de savoir parler le portugais pour pouvoir demander son chemin, un GPS sera d’une grande aide.
  • L’assurance tous risques – il est toujours recommandable de prendre une assurance couvrant tous les possibles désagréments afin de voyager tranquille. Ce conseil est particulièrement vrai pour un pays comme le Brésil où les vols de voitures sont malheureusement assez communs. De plus, étant donné le mauvais état des routes et le manque de stationnement sécurisé il y’a des chances pour que la voiture se retrouve rayé ou cabossée. Alors il vaut mieux prévoir. Mais avant de payer un supplément pour l’assurance, vérifiez si votre carte bancaire n’en propose pas déjà une.

 

 

 

partager
1

Pas encore de commentaires.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.