dashblog logo
Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.
[mc4wp_form id="4288"]
Zapisz Zapisz

Vers l’ouest de la Mongolie

Une fois les formalités pour l’obtention du visa chinois réglées, on est finalement libres pour notre premier voyage à travers le pays. Il faut savoir qu’en Mongolie il est presque impossible de se déplacer par soi même. À moins de marcher des jours entiers en complète autonomie (ce que certains courageux font), il est indispensable d’avoir un véhicule 4X4 et un chauffeur qui connaisse bien la région.

Là encore, à moins d’avoir assez d’argent pour se payer un véhicule privé, ce qui peut coûter cher, le mieux est de rejoindre un groupe ayant l’itinéraire, les dates et les tarifs qui conviennent le mieux. Ce n’est pas du tout difficile d’en trouver, toutes les agences de voyage et les auberges d’Oulan-Bator en proposent et de nombreux voyageurs organisent leurs propres groupes en mettant des annonces dans les différentes auberges de la ville. Il suffit de faire le tour des auberges, de comparer les prix et de faire son choix.

 

On part sur les routes mongoles

 

Après quelques recherches on décide de partir en voyage organisé par notre auberge, qui a les dates et les tarifs qui nous conviennent le plus. On embarque donc dans une de ces vans russes semblables à celles utilisés sur l‘île d’Olkhon avec Mathieu, un français qui commence lui aussi son tour du monde. On part en direction du nord-ouest de la Mongolie jusqu’au lac Terkhiin Tsagaan (White Lake) situé à 2060 mètres au dessus du niveau de la mer.

 

White lake

Notre première étape est Kharkhorin, une ville situé à 360 km d’Oulan-Bator, où se trouvent les ruines de Karakorum qui fut l’ancienne capitale du pays pendant quelques années vers la fin de l’empire mongol. Il nous a fallu plus de 6 heures pour y aller, en Mongolie les routes sont tellement mauvaises (ou inexistantes) qu’on compte les distances en heures de route et non en kilomètres. Kharkhorin est un petit village de quelques yourtes, des maisons et un ou deux immeubles aux allures soviétiques. Un village qui ne semble pas du tout contenir ses presque dix milles habitants et dont le seul point d’intérêt est le monastère bouddhiste d’Erdene Zuu.

 

Monastère d'Erdene Zuu en Mongolie

tortue

 

À notre arrivée, en fin de journée, on a tout juste le temps de faire une balade avant le dîner. On gravi une colline qui se trouve juste à coté de notre logement et au sommet de laquelle se trouve une tortue en pierre pleine d’offrandes en tout genre. En Mongolie les tortues représentent la longévité et repoussent le mal. À Kharkhorin il y a 4 tortues sacrées qui marquent les limites de l’ancienne capitale Karakorum. Bien que la religion dominante dans le pays soit aujourd’hui le Bouddhisme tibétain, les croyances animistes et chamaniques sont encore très vives. Les Mongols aujourd’hui encore adorent les esprits du ciel, des montagnes, de l’eau et du sol, leur faisant des offrandes.

 

 

 

Le lendemain matin on part visiter le monastère. Construit en 1585 il contenait à la fin du 17eme siècle 62 temples. Em 1939 il fut détruit par les autorités communistes et seuls trois petits temples et le mur externe avec ses stupas ont survécus. Le monastère n’a pu exister qu’en tant que musée jusqu’aux années 1990, après la chute du communisme, quand il fut remis aux lamas et rouvert comme lieu de culte. Il est maintenant un monastère de même qu’un musée où sont conservés entre autres, des reliques de Zanabazar, le premier (et seul) Bouddha vivant de Mongolie. Le monastère en activité est clairement du style tibétain.

Le mur qui entoure le Monastère d'Erdene Zuu

Stupa au Monastère d'Erdene ZUU

 

Temple Bouddhiste Tibétain au monastère d'Erdene Zuu en Mongolie

 

Après la visite on reprend la route vers le lac. La route jusque là goudronné fini par laisser place à une piste grossièrement dessiné sur les vastes plaines vides, on découvre finalement les vrais routes mongoles !

 

Un van sur une route mongole

Maison dans une plaine en Mongolie

mongolie-2

 

Au bout de quelques heures, on traverse un pont au dessus d’une petite rivière qu’on longe pendant quelques temps. On est surpris de voir ce fleuve s’élargir, prendre des forces et creuser un fossé sur son passage jusqu’à ce qu’on le perde de vue. Lorsqu’on s’arrête au bord du célèbre Chulluut Canyon, on a du mal à croire que la petite rivière qu’on avait croisé quelques minutes plus tôt était à l’origine de cet impressionnant paysage.

 

Chulluut Canyon

khorgo-1

 

À la fin de la journée, avant d’arriver finalement à destination, on s’arrête au volcan Khorgo. Son éruption causé par la chute d’un météore tout prêt aurait été en partie responsable de la formation du canyon qu’on venait de voir ainsi que du lac lui même. Le lac est à quelques minutes seulement de là et on est soulagés que cette longue journée touche à sa fin, après le dîner on se couche dans notre yourte réchauffée au feu de bois (car il fait très froid dehors !) et on dors comme des bébés…

Yourtes mongoles

 

Le lendemain on passe enfin une journée sans prendre la route. Au programme, promenade autours du lac et montée au sommet des collines pour admirer la vue.

 

White Lake

Coucher du soleiil sur les yourtes au bord du White Lake en Mongolie

 

Puis il est temps de repartir, pour notre quatrième jour de voyage. Ce sont 8 heures de routes qui nous attendent. On longe le canyon à nouveau, on passe par Kharkorin et on va un peu plus loin jusqu’au « mini Gobi », une bande de sable de plusieurs kilomètres de long et quelques centaines de mètres de large posée sans aucune raison apparente au beau milieux des plaines verdoyantes ! Cette bande de sable forme plein de petites dunes, d’où le surnom « mini Gobi ».

 

C’est là, dans un campement de yourtes au milieux de ce mini désert qu’on passera notre dernière nuit. Petite balade dans les dunes pour voir le couché du soleil avant le dîner, puis observation des étoiles avant le coucher. La nuit est noir, il n’y a pas de lune et la température est beaucoup plus clémente qu’au lac, on passe donc pas mal de temps le nez pointé vers le ciel à observer chaque détails de cet univers qu’on a tellement peu d’occasion d’observer. Pouvoir voir chaque étoile dans le ciel, chaque bras de la Voie Lactée, les satellites qui volent en orbite et (quelle chance!) des étoiles filantes, restera un de nos meilleurs souvenirs de la Mongolie.

 

Le mot Mongolia écrit sur le sable en caractères mongols

partager
0

Pas encore de commentaires.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.