dashblog logo
Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.
[mc4wp_form id="4288"]
Zapisz Zapisz

Faire un trek au Népal: carnet pratique

Vous rêvez de faire un trek dans l’Himalaya, mais vous vous posez des tas de questions? Nous avons réuni dans cet article toutes les informations nécéssaires afin de vous rassurer et de répondre aux principales questions qui peuvent surgir lors d’un tel projet.

Lorsque nous avons décidé d’aller au Népal notre rêve était de faire un trek de plusieurs jours, de préférence dans l’Himalaya et sans guide. Nous n’avions alors aucune expérience en randonnée longue et n’avions jamais été au Népal. Nous nous posions tellement de questions sur l’organisation et la faisabilité de notre projet que nous avons passé des heures sur internet sans pour autant trouver toutes les réponses.

Finalement tout c’est très bien passé. Et nous avons découvert qu’il est en fait très simple de faire une belle randonnée au Népal, même si vous êtes novice en la matière. Alors nous espérons vous aider à passer un bon moment et surtout, n’hésitez pas à nous poser vos questions!

 

Obtention du Visa Népalais

 

Le visa népalais s’obtient très facilement avant le départ, à l’ambassade du Népal dans le pays d’origine. Mais il peut également être délivré à chaque poste-frontière et directement à l’aéroport de Katmandou (nous avons choisi cette option).

Pour cela le passeport doit être valable encore 6 mois après la date de retour. Il faut prévoir une photo d’identité, puis remplir le formulaire sur place et payer la taxe. Comptez environ 25 $ pour le visa de 15 jours, 40 $ pour celui de 30 jours et 100 $ pour celui de 90 jours (entrées multiples pour tous les visas). Gratuit pour les enfants de moins de 10 ans.

À l’aéroport il est possible de payer avec une carte bancaire. Mais il vaut mieux prévoir de l’argent liquide afin d’éviter les mauvaises surprises. Plusieurs devises sont acceptées pour le payement de la taxe, y compris le dollars, l’euro, la livre, la roupie indienne et la roupie népalaise. Vous pouvez confirmer ces informations sur le site du gouvernement népalais.

 

Quel trek choisir

 

Cette question est peut être la plus difficile à répondre car les choix sont nombreux. Tout dépend du temps disponible, de sa condition physique et des ses envies (atteindre des sommets ou partir à la découverte de villages népalais, par exemple). Je vous présente ici les plus connus.

– L’Everest Base Camp Trek est de loin le plus célèbre et le plus fréquenté. Le chemin vous mène à travers les pics de l’Himalaya jusqu’au pied de l’Everest, la plus haute montagne au monde. La beauté des paysages justifie sans doute sa célébrité, mais avec un tel niveau de fréquentation vous aurez du mal à vous sentir seul au monde. Comptez entre 14 et 20 jours l’aller-retour.

– L’Annapurna Base Camp Trek (ou Annapurna Sanctuary trek) est une bonne alternative au trek précédent. Un peu moins fréquenté mais tout aussi magnifique. Comptez de 10 à 14 jours l’aller-retour.

– L’Annapurna Circuit Trek (le Tours de l’Annapurna) est une boucle autour du massif de l’Annapurna. Paysages somptueux, pics enneigés, rencontre avec la population locale, il s’agit d’un concentré de toute la beauté du Népal. Le trek culmine à 5400m et il faut compter 15 à 20 jours pour compléter la boucle.

 

Lever du jour sur les sommets de l'Annapurna.

 

Si vous avez moins de temps, vous pouvez opter pour des treks plus courts.

Panneau au sommet de Poon-Hill

 

Ghorepani to Poon-Hill Trek est une boucle qui mène au sommet de Poon-Hill d’où on peut admirer le lever du soleil sur le massif de l’Annapurna. Vous pouvez découvrir notre article sur ce trek par ici. Le trajet est supposé être fait en 5 jours, mais il est possible de le faire en 4 à condition d’être un bon marcheur.

Langtang Valley trek: il s’agit d’un aller-retour de 6 jours dans le Parc National de Langtang jusqu’au village de Kyangin Gompa. Il a l’avantage d’être relativement proche de Katmandou (6 heures de route avec un peu de chance) et d’être très peu fréquenté. L’effort à fournir pendant les trois premiers jours (la montée) est considérable, mas le paysage est magnifique et on atteint un maximum de 3800m de haut, ce qui reste raisonnable.

 

*Attention: la règlementation pour le Parc National de Langtang a changé depuis le séisme de 2015. Il est maintenant nécéssaire d’avoir un accompagnateur Népalais. Pour plus d’information consultez cette page

 

Trek de Langtang au Népal.

 

– Le Taman Heritage Trail se trouve également dans le Parc National de Langtang. Très peu connu et donc très peu fréquenté, il s’agit d’une boucle à travers les villages au plus proche de la population népalaise. Bien que ce trek ne passe pas par les hautes montagnes, il atteint tout de même 3700m de haut et se parcourt en 6 jours.

Il est parfaitement possible de joindre deux treks afin d’en faire un plus long. Par exemple faire le Langtag Valley Trek puis enchaîner directement sur le Taman Heritage Trek (ou l’inverse). Ou encore le Tours de l’Annapurna pourra être suivi de l’Annapurna Base Camp.

– Si vous souhaitez découvrir des régions moins touristiques, dirigez-vous vers des coins plus isolées comme le Mustang ou le Dolpo. Mais pour ces région un permis de trek est exigé et cela peut revenir assez cher. On en reparlera pus loin.

– Lonely Planet a un excellent guide sur les différents treks dans l’Himalaya. Ce gui est très complet et précis mais il n’existe qu’en anglais. Si vous préférez un guide en français, sachez que le guide pour le Népal est également très complet. Il présente de très nombreux treks avec des cartes détaillées et des informations précises.

Vous avez compris, le choix est vaste! Alors n’hésitez pas à fouiller dans les guides de voyages et sites internet pour trouver ce qui fera votre bonheur. Les agence touristiques sur place pourront aussi vous aider à vous décider.

 

Faut-il partir avec un guide ou un porteur?

* attention: les prix affichés ici sont ceux de 2013-2014. Prenez en compte la possible évolution des prix depuis cette date.

 

La réponse est non, le guide tout comme le porteur, n’est pas forcément obligatoire. Il est parfaitement possible de faire tous les treks présentés ici (à l’exception, depuis 2015, de ceux dans le parc de Langtang) et bien d’autres sans aucun guide ou assistance de ce genre. Les chemins sont bien visibles et balisés, et il est possible de demander son chemin assez facilement si on a des doutes.

Vous verrez aussi que vous n’avez pas besoin de porter grand chose dans votre sac à dos. Logiquement il ne pèsera donc pas très lourd.

Mais dans certains circuits moins touristiques ou en zones isolées et/ou dangereuses, la présence d’au moins un accompagnateur népalais (guide ou porteur) est exigée. Et dans certaines de ces zones, l’organisation par une agence agréé est obligatoire.

Attention: pour des questions de sécurité il n’est jamais conseillé de partir en randonnée sans un binôme. Si vous voyagez seul(e), il est possible de trouver des compagnons de randonnée à travers les petites annonces dans les auberges à Kathmandou et Pokhara.

Si vous ne trouvez personne, le mieux reste d’engager un guide ou un porteur. Mais n’engagez pas le premier venu, assurez-vous que le guide a bien son certificat de guide professionnel. Vous en trouverez facilement en passant par une des très nombreuses agences locales.

Il faut compter à peu près 30€ par jour pour une guide ou jusqu’à 70€ avec hébergement et nourriture inclus. Pour un porteur, comptez entre 15€ et 20€ par jour, peut être plus s’il fait aussi office de guide. N’hésitez pas à questionner l’agence sur tous les détails de la prestation.

Assurez-vous que le guide et/ou le porteur que vous engagez est bien agréé et assuré. Dans le cas contraire vous serez tenu responsable de tout accident dont il pourrait être victime durant le trek.

 

Les frais obligatoires

 

Permis de Trek

 

– Certaines régions sont interdite au trek individuel et exigent de participer à un voyage organisé par une agence agréé ainsi que le payement d’un Permis de Trek pouvant coûter de 10$ par semaine à 50$ par jour. D’autres autorisent le trek individuel, mais exigent également le payement d’un Permis de Trek.

Je vous invite à consulter ce document pour savoir quelles régions sont concernées par ces mesures et à quel prix. Ou encore le site de l’Ambassade de France au Népal.

Le permis de trek n’est pas obligatoire pour les treks présentés plus haut.

 

Le TIMS

TIMS (Trekkers’ Information Management System) pour un trek au Népal

 

Le TIMS (Trekkers’ Information Management System) est une carte obligatoire pour tous les étrangers voulant faire un trek au Népal. Il s’agit d’une mesure mise en place par le gouvernement népalais afin d’assurer la sécurité des trekkeurs étrangers, en particuliers de ceux qui partent seuls.

Sur la carte sont notées les données personnelles du trekkeur (nom, n° de passeport, date de naissance) ainsi que le circuit de randonnée qu’il compte effectuer et les dates de départ et de retour prévues. La carte est contrôlée en début et fin de trek, ainsi les autorités savent où chercher si le trekkeur ne repasse pas les contrôles aux dates prévues.

– Si vous organisez votre trek avec une agence de voyage, elle s’occupera de l’obtention du TIMS, et il vous coûtera 10$.

– Si vous partez seul, l’obtention du TIMS ce fait en quelques minutes directement au Bureau de l’Office de Tourisme à Katmandou ou à Pokhara. Il vous coûtera alors 20$. Prévoir une photo d’identité et le passeport.

 

Frais d’entrée des Parcs Nationaux

 

La grande majorité des circuits de treks se trouvent à l’intérieur de Parcs et Réserves Naturelles dont l’entrée est payante. Il est possible de payer sur place, mais en général avec un surcoût. Le mieux est de prévoir à l’avance et de régler les droits d’entrée directement au Bureau de l’Office du Tourisme lors de l’obtention des TIMS.

 

Logement et Nourriture

 

Sur tous les circuits proposés dans cet article et sur tant d’autres encore au Népal, il y a des lodges toutes les 1h30 de marche environ. Une carte rustique de votre trajet fournie par les agences de voyage ou les hôtels vous permettra de savoir combien de temps de marche vous sépare de la prochaine halte. Vous pourrez ainsi adapter votre trek à votre rythme.

 

Village de Kyangin Gompa dans le Parc National de Langtang au Népal

 

Il n’est pas nécéssaire de réserver à l’avance. Les lodges proposent toute sorte de chambre, des simples aux dortoirs en passant par les doubles parfois même avec toilette privatif (bien que cela soit plutôt rare)! Il suffit de vous présenter et de demander s’ils ont une chambre disponible.

Les lodges même les plus simples sont équipées d’électricité, si non dans les chambres au moins dans la salle commune. Ce qui permet de recharger les batteries aisément.

Les lits sont équipés de matelas, d’oreillers et de couvertures et/ou de couettes. Il n’est donc pas indispensable d’apporter un sac de couchage mais il est toutefois conseillé si vous comptez monter à plus de 3500m ou si vous partez en hiver. Dans tous les cas, il vaut mieux avoir au moins un sac à viande, pour des questions d’hygiène.

Question prix, nous avons toujours payé entre 1€ et 3€ par nuit pour une chambre pour deux personnes. Ce n’est vraiment pas chère, alors inutile de trop négocier pour essayer de faire quelques petites économies!

Les lodges font également restaurant. Vous pourrez donc vous restaurer à midi sur le trajet. En général on prend le dîner et le petit déjeuner là où on a passé la nuit. Nous avons eu parfois une chambre gratuite en échange de notre engagement à dîner chez eux le soir. En effet les lodges font plus de bénéfice avec les repas vendus qu’avec les nuitées. Et plus on monte, plus les repas sont cher.

Vous trouverez facilement toute sorte de boissons (de l’eau, des sodas, du thé, du café) et de snacks (chocolat, chips, biscuits). Mais la encore plus on monte, plus c’est cher.

 

Café sur le trek de Langtang au Népal.

 

Gardez en tête que toutes ces bonnes choses arrivent à dos de mule ou de porteur et que ce travaille a un prix! N’oubliez pas non plus que tous les déchets produits par ces friandises doivent également redescendre sur le dos de quelqu’un, alors pourquoi pas du votre? Une attitude éco-responsable à toujours avoir lors d’une randonnée: rapportez vos déchets avec vous. La nature vous remercie 😉

 

Les mules et les porteurs transportent les marchandises dans les montagnes du Népal.

 

 

 

Où laisser vos bagages pendant votre trek

 

Vous voyagez sur le long terme ou bien vous vous emballez en faisant vos bagages. Toujours est-il que vous vous retrouvez avec un énorme sac à dos trop lourd et remplis d’affaires dont vous n’aurez pas besoin pendant votre trek. Pas de panique! Inutile de transporter du poid… inutile!

La plupart des hôtels et auberge à Katmandou et Pokhara ont une bagagerie et acceptent de garder les bagages gratuitement à conditions de séjourner chez eux au retour du trek.

Les auberges situées dans les plus petites villes et villages de départ des treks peuvent également accepter de garder vos affaires sous les mêmes conditions ou moyennant le payement d’une petite taxe. Renseignez-vous sur place.

 

Que faut-il apporter lors d’un trek

 

Le matériel à apporter dépendra un peu du trek que vous comptez faire et de sa durée. Mais certains articles sont indispensables:

  • de bonnes chaussures de marche déjà « faites », c’est à dire déjà rendues confortable par l’utilisation. Porter des chaussures neuves pour une randonnée n’est pas une bonne idée!
  • des vêtements chauds dont des gants, un bonnet, une polaire et une veste coupe-vent imperméable.
  • un sac à dos confortable, adapté à votre morphologie et pas trop lourd. Sachez que dans l’idéal, le sac ne doit pas peser plus de 20% du poids du porteur pour un homme et de 15% pour une femme
  • un sac à viande – pour des questions d’hygiène
  • une lampe frontale – il n’y a pas toujours de la lumière dans les chambres et à l’extérieur des lodges
  • des snacks pour redonner de l’énergie durant le trek – fruits secs, barres de céréales, chocolat…
  • une trousse de premiers secours contenant des pansements, de la crème solaire, du paracétamol, des pastilles désinfectantes pour l’eau…
  • de l’argent liquide – les cartes bancaires ne sont acceptées nulle part.
  • votre appareil photo pour immortaliser les paysages magnifiques que vous verrez sur votre chemin.

Voilà! J’espère avoir répondu à toutes les questions qu’on pourrait se poser lorsqu’on organise un trek pour une première fois au Népal. N’hésitez pas à me poser vos question, je me ferai un plaisir de vous répondre!

 

Vous êtes sur Pinterest? Alors n’oubliez pas d’épingler cet article pour le retrouver à tout moment!

 

Tout ce qu'il faut savoir pour faire un trek au Népal.

 

 

EnregistrerEnregistrer

partager
1

Pas encore de commentaires.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.